• Sclérose en Plaques : Exprimez-vous !

    Chers amis,

    Vous êtes concernés par la sclérose en plaques, nous vous proposons d’exprimer vos idées, questionnements et remarques pour l'Association des Paralysés de France, en répondant aux quelques questions ci-dessous.

    De plus, nous allons renouveler le Groupe Initiative National SEP (GINSEP) :

    Le GINSEP est un lieu d’échange et de propositions collégiales pour les orientations concernant les partenariats APF, les publications, les sites internet, les événements SEP, les réponses locales aux besoins d’accueil, d’écoute et d’accompagnement des personnes concernées.

    Il peut ponctuellement soutenir des actions associatives telles que, l’École de la SEP, les journées d’informations, ou groupes de parole.

    Il rassemble des administrateurs et des acteurs de terrain concernés par la SEP.

    Si vous êtes intéressé pour rejoindre le Groupe Initiative National SEP, merci de laisser votre email en bas du questionnaire.

    Merci d’avance pour votre contribution.

    Pour répondre au questionnaire, cliquez ici

  • TELEMEDECINE

    La télémédecine : soutenir la dynamique de déploiement…

    pour plus de qualité et de sécurité des soins !

     

    Qu’est-ce que la télémédecine ?

     

    La télémédecine regroupe l’ensemble des pratiques médicales permettant de mettre en rapport, par la voie de nouvelles technologies, soit le patient et un ou plusieurs professionnels  de santé, soit plusieurs professionnels de santé entre eux. La télémédecine est réglementée en France depuis 2009 (voir l’article l’article L.6316-1 du Code de la santé publique).

     

    La télémédecine peut permettre :

     

    • d’établir un diagnostic,
    • d’assurer un suivi du patient dans le cadre de la prévention ou un suivi post-thérapeutique,
    • de requérir un avis spécialisé,
    • de préparer une décision thérapeutique,
    • de prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes,
    • d’effectuer une surveillance de l’état des patients.

    Développer la télémédecine, gage d’une amélioration du service rendu aux usagers du système de santé

     

    Le développement de la télémédecine ouvre de nouvelles perspectives et constitue un réel atout pour la qualité des soins et du système de santé en France si elle est utilisée à bon escient, c’est-à-dire non comme supplétif à l’absence de ressources médicales mais comme complément aux ressources humaines qui doivent exister au plus proche des patients.

     

    Les outils de la télémédecine favorisent en outre l’autonomie du patient qui est en mesure, s’il le souhaite et le décide, de jouer un rôle actif dans sa santé en s’appropriant les outils d’un meilleur suivi pour sa qualité de vie et sa survie.

    Le soin à distance, sous réserve que soient respectées la nécessité de recueillir le consentement du patient ainsi que la confidentialité des informations de santé le concernant, doit être perçu avant tout comme un moyen de développer le travail confraternel, les avis partagés entre professionnels de santé et de suivre le patient sans lui imposer les transports d’un service de santé à un autre.

     

     

    Offrir rapidement à chaque citoyen qui le souhaite un dossier médical personnel (DMP)

    Notre système de santé gagnerait en efficience s’il dépassait les résistances repérées au cœur de certaines pratiques professionnelles en favorisant la circulation des données de santé - sous réserve que soient respectés les impératifs de sécurité, de consentement et de confidentialité des données.

     

     

    Au-delà de la création du dossier médical personnel (DMP), porteur d’espoirs pour la coordination des soins, le médecin traitant a à jouer un véritable rôle d’« agent de liaison » entre tous les acteurs des soins, professionnels et usagers compris. Ce sont notamment les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui vont le lui permettre. Afin que les professionnels d’aval soient en situation d’intervenir de façon pertinente et que ceux qui ont la charge du suivi et de la coordination des soins ambulatoires puissent accomplir leurs tâches.